Accessibility Help and Information

ligne d'information: 1-877-ADOPT-20

Vous avez
une question?

Vous avez une question? Demandez-nous maintenant.

L'Attachement

Qu'est-ce que l'attachement? Et comment créons-nous des liens d'attachement? La façon dont on s'attache aux gens qui prennent soin de nous et dont on établit des relations avec les autres dépend grandement des événements qu'on a vécus pendant la petite enfance. L'enfant qui a fait l'expérience du chagrin, de la perte et de certains traumatismes en début de vie peut éprouver de la difficulté à former de nouveaux liens d'attachement avec ses parents adoptifs. Cela ne signifie pas que les enfants plus âgés sont incapables de bâtir des relations saines. En fait, l'enfant peut apprendre à faire confiance à sa famille adoptive et à créer de nouveaux liens d'attachement avec elle, au fil du temps. Cette rubrique présente un aperçu de l'attachement et de son développement. Elle aidera les familles à entreprendre leur démarche d'approfondissement de cet enjeu complexe.

Reactive Attachment Disorder

Définition de l'attachement 

L'attachement se définit par le lien établi entre l'enfant et son pourvoyeur de soins. Ce lien se développe de la naissance à la fin de la petite enfance. Il permet à l'enfant d'éprouver un sentiment de sécurité, de stabilité et d'amour. Lorsqu'il est positif, l'attachement stimule le développement du cerveau chez l'enfant et accroît son aptitude à vivre des relations empreintes de constance et d'affection tout au long de sa vie.   

Types D'attachement

Chez le bébé, le mode de développement du lien d'attachement peut donner lieu à quatre principaux styles d'attachement. Chez l'enfant, l'acquisition du style d'attachement dépend grandement des réactions et du traitement que lui ont réservé ses pourvoyeurs de soins en bas âge.   

  1. Attachement sécurisant - L'enfant qui acquiert un style d'attachement sécurisant a bénéficié d'une relation constante et constructive avec ses parents, lors des premières années de sa vie. Les parents étaient disponibles. Ils ont réagi aux signaux émis par le bébé et ont répondu à ses besoins, tout en le consolant et en l'apaisant afin de lui procurer un sentiment de sécurité. Cet enfant perçoit donc ses parents comme une « base solide ». Lorsqu'un enfant peut s'appuyer sur ses parents en bas âge, il apprend à mieux se connaître et à mieux comprendre le monde qui l'entoure. Grâce à sa relation avec ses parents, l'enfant arrive aussi à faire confiance aux autres personnes qui sont présentes dans sa vie.
  2. Attachement évitant - Si un enfant a essuyé des rebuffades répétitives ou qu'on est resté indifférent à ses besoins de réconfort, il peut développer un style d'attachement insécurisant évitant. Au cours de la petite enfance, il a subi l'inconséquence et lemanque de fiabilité de ses parents. Par conséquent, ils ont minimisé ses besoins d'attachement. Cet enfant ne cherche pas à tisser de liens affectifs. Il peut également se sentir détaché des autres et de ses propres besoins émotionnels.

  3. Attachement ambivalent - L'enfant qui a subi l'inconséquence de ses pourvoyeurs de soins ou leurs interventions envahissantes peut acquérir un style d'attachement ambivalent. Il ne pouvait pas se tourner vers eux pour obtenir de l'attention et du réconfort. Comme il ignorait à quoi s'attendre de leur part, il éprouve un sentiment d'insécurité. Dans certains cas, ses dispensateurs de soins étaient en mesure de répondre à ses besoins; à d'autres occasions, ils n'étaient pas disponibles. Cet enfant peut donc se montrer anxieux ou « collant ». Il peut aussi manifester une grande détresse, lorsqu'il doit se séparer de ses parents ou de leurs substituts. Parfois aussi, l'enfant entretient des doutes sur ses propres besoins et accepte difficilement d'être réconforté. Ces attitudes sont attribuables au manque de constance dont il a souffert en bas âge.

  4. Attachement désorganisé ou désorienté - Ce style d'attachement insécurisant fusionne les comportements d'ambivalence et d'évitement. (Il peut même inclure des comportements d'attachement sécurisé, à l'occasion.) L'enfant a appris à craindre ses parents pour différentes raisons possibles. Ils n'ont pas répondu à ses besoins; ils étaient incapables de le consoler et de l'apaiser. Ainsi, l'enfant avait peur des personnes qui devaient en prendre soin, mais il avait aussi besoin de leur réconfort. Cette combinaison a donc désorganisé son comportement. Cet enfant est vulnérable; il peut éprouver de la difficulté à équilibrer ses émotions et à bâtir des relations positives à long terme. Il peut également se dissocier de ses sentiments. 

Trouble réactionnel de l'attachement 

Le spectre des styles d'attachement s'étend de l'attachement sécurisant à l'attachement insécurisant. De plus, il existe une autre catégorie désignée par l'expression trouble réactionnel de l'attachement (TRA). Certaines situations donnent lieu à une absence complète d'attachement lors de la petite enfance. La négligence, la maltraitance, une grave instabilité ou d'autres conditions extrêmes peuvent en être la cause. Par ailleurs, l'absence d'amour et de confiance au cours des premières années de la vie peut entraîner de profondes répercussions à un âge plus avancé. La personne qui présente un trouble réactionnel de l'attachement peut avoir de la difficulté à trouver un équilibre émotionnel, à nouer des relations et à acquérir une image positive d'elle-même. Les expériences d'attachement vécues en bas âge influent lourdement sur la création des liens émotionnels tout au long de l'enfance, de l'adolescence et de l'âge adulte. Chez l'enfant, il peut alors s'avérer difficile d'établir des relations saines avec ses parents, ses principaux pourvoyeurs de soins ou ses pairs. 

Si vous soupçonnez l'existence d'un TRA ou que vous en observez les signes, prenez rendez-vous avec votre pédiatre pour obtenir un diagnostic professionnel.  

Comment se développe l'attachement? 

Le bébé adopte certains comportements pour recevoir l'attention de ses parents et susciter des réactions qui font appel à leur instinct nourricier. Il pleure, gazouille, tend les bras ou se cramponne au parent, afin que celui-ci l'entoure de ses soins, le protège ou le défende. Le parent « crée un lien » avec l'enfant, tandis que le bébé « s'attache » au parent. L'importance de cet attachement et de ce lien est « programmée » dans notre être. Si on répond constamment à ses besoins, le bébé développe un attachement sain. Lorsque le bébé exprime un besoin, le pourvoyeur de soins y répond. Puisqu'il a comblé son besoin, le bébé peut se détendre. Cette interaction favorise la confiance et le plaisir mutuels, de même que la satisfaction des besoins de l'enfant et du dispensateur de soins

Voici une illustration du cycle de développement de l'attachement sain : 

Attachment Cycle Developed

L'attachement sain engendre une aptitude permanente à entretenir des relations agréables et gratifiantes, fondées sur l'intimité et la réciprocité. Il permet à l'enfant de recevoir de l'amour et de l'affection, tout en cultivant une perception positive de soi, d'autrui et du monde. De plus, l'enfant est capable de dépendre des autres, mais aussi de compter sur lui-même. Ainsi, l'attachement sain fournit les bases nécessaires au maintien de relations stables et rassurantes, car l'enfant les considère comme étant sûres et enrichissantes. Toutefois, différents styles d'attachement peuvent se développer en fonction de ce cycle et de la satisfaction des besoins au cours de la petite enfance.  

Quelles sont les conséquences d'une entrave au processus de formation du lien d'attachement? 

Dans certains cas, le cycle de formation du lien d'attachement peut subir des changements. Pour plusieurs raisons, le parent ne parvient pas à répondre aux besoins d'attachement de l'enfant, ni à l'entourer de ses soins. L'entrave à ce processus revêt deux formes : 

  • Le parent est incapable de réagir de manière fiable, prévisible et bienveillante aux comportements d'attachement de l'enfant, afin d'assurer sa sécurité physique et psychologique. 
  • L'enfant est incapable de manifester des comportements d'attachement qui stimulent le désir d'établir un lien chez le parent.

Le cycle de l'attachement peut donc s'interrompre dans l'une de ces circonstances : le bébé exprime ses besoins ou ne les exprime pas; le pourvoyeur de soins ne répond pas à ces besoins; le bébé est incapable de se détendre et demeure dans un état de détresse.   

Attachment Cycle Broken

Cette interruption du cycle de l'attachement peut entraîner la méfiance, l'insécurité et l'adoption d'un style d'attachement insécurisant chez l'enfant. Cela ne signifie pas que cet enfant est incapable de s'attacher à ses tuteurs. En fait, son processus d'attachement comporte plutôt des différences. La connaissance des styles d'attachement permet donc de mieux répondre aux besoins d'un enfant, car elle nous aide à déterminer son degré d'évolution à cet égard. Lorsqu'on traite de l'attachement, il importe d'aborder le sujet du traumatisme. En fait, le traumatisme se définit par l'expérience d'une menace à la survie ou par l'observation de cette menace faite à un être cher (dans les cas de violence familiale, par exemple), lesquelles causent une peur extrême. En général, le traumatisme s'accompagne de sentiments d'impuissance et d'inéluctabilité. La peur et la douleur chroniques sont parfois provoquées par la négligence ou par la maltraitance. Elles entraînent des répercussions à long terme sur l'état physique et mental, en particulier si la source de crainte et de douleur constitue également une source de réconfort. Néanmoins, il importe de souligner que la plupart des enfants qui ont fait l'expérience de l'attachement dans une certaine mesure peuvent devenir résilients. Cette expérience sert de fondement à la formation de liens d'attachement futurs, et au développement de différents styles d'attachement. 

Symptômes des troubles de l'attechement

Les troubles de l'attachement s'inscrivent dans un spectre. Ils varient du trouble de comportement léger, qui se traite aisément, à des formes de dysfonction plus graves, comme le trouble de l'attachement. 

Le trouble de l'attachement se définit par une peur de l'intimité ainsi que par une dépendance à l'égard d'un parent. Chez l'enfant, les signes et les symptômes se manifestent dans les domaines suivants : 

Attachement - L'enfant attire et repousse ses parents; il s'y cramponne puis les rejette. L'enfant affiche une indépendance exagérée. Il témoigne aveuglément son affection à des personnes autres que ses parents. L'enfant a peur des rapprochements; il se méfie de ses parents. 

Cognition - Des traumatismes subis par l'enfant nuisent à sa cognition et à sa concentration. L'enfant fait preuve d'hypervigilance. Il éprouve des difficultés d'attention, de langage et d'apprentissage. 

Relations sociales - L'enfant entretient des relations infructueuses avec ses pairs en raison d'une absence de réciprocité, d'une difficulté à décoder les indices sociaux, d'une méfiance envers autrui ou d'un manque d'aptitudes sociales, comme l'empathie, la compassion et l'altruisme. 

Régulation émotionnelle - L'enfant a tendance à éprouver des émotions volatiles et il éprouve plus de difficulté à maîtriser ses émotions. Il est moins conscient de ses émotions et de celles d'autrui. 

Régulation comportementale - À cause de la volatilité de ses émotions, l'enfant est plus susceptible d'adopter des comportements imprévisibles

Image de soi - L'enfant se déprécie. Il a l'impression de ne pas être aimable, d'être « mauvais ». 

Dissociation - L'enfant éprouve des sentiments d'accablement, d'isolement et d'exclusion. Il traverse des épisodes dissociatifs (attaques de rage).

Régulation physiologique - La peur chronique cause des changements psychologiques, notamment la perturbation des habitudes de sommeil. Elle entraîne aussi des troubles de l'alimentation, de la miction et de la défécation; la perturbation de la fréquence et du rythme cardiaques; des troubles de la tension artérielle et des tensions musculaires.

Soutenir un enfant qui présente des troubles de l'attachement

La prise en charge des troubles de l'attachement exige un engagement à long terme. Un traitement adéquat aidera l'enfant à composer avec sa situation : ainsi, il pourra cultiver des relations stables et saines avec autrui. De plus, nous vous recommandons d'obtenir du soutien psychologique vous aussi, ou encore d'adopter d'autres mesures pour apprendre à vous aider vous-même et à mieux soutenir l'enfant qui éprouve un trouble ou des difficultés d'attachement. 

Il n'existe pas de traitement standard des troubles de l'attachement. Cette démarche exige que vous défendiez les intérêts de l'enfant, et que vous lui appreniez à bâtir son sentiment de confiance et de sécurité. En fait, la sécurité constitue le principal enjeu de l'enfant qui présente des besoins particuliers ou un trouble en matière d'attachement. Cet enfant ne fait pas confiance à son entourage, car il ne se sent pas en sécurité et n'a jamais pu dépendre de ses pourvoyeurs de soins. Il se protège donc en créant une distance émotionnelle et en tenant sa garde. Cette attitude peut cependant l'empêcher d'accepter votre amour et votre soutien. Afin d'aider l'enfant à renforcer son sentiment de confiance et de sécurité, il est important d'établir des attentes claires et réalistes. D'abord et avant tout, vous devez faire preuve de cohérence. Vous devez convaincre cet enfant que vous serez toujours là et qu'il pourra toujours compter sur vous, quoi qu'il fasse. 

Si votre enfant manifeste les signes d'un trouble plus grave de l'attachement, vous devez obtenir une aide professionnelle. Le traitement peut englober la psychothérapie, la consultation et l'éducation parentale. Il n'existe aucune solution rapide aux troubles et aux difficultés d'attachement

Être parent d'un enfant présentant un trouble de l'attachement

Le trouble de l'attachement découle de difficultés à établir un lien. Par conséquent, seule la relation parent-enfant peut le résoudre. Les parents peuvent apprendre à réagir aux comportements d'attachement de l'enfant, afin de l'aider à éprouver un sentiment de sécurité et d'amour inconditionnel. 

Les expériences négatives que l'enfant a vécues en bas âge ne l'ont pas préparé à créer des liens avec ses parents-substituts, ni à les percevoir comme une source de confiance, de sécurité et d'amour. Vous avez peut-être adopté un enfant qui pourrait éprouver des difficultés d'attachement, ou vous songez peut-être à en adopter un. Cela ne signifie pas qu'il ne vous aimera jamais, ni qu'il ne s'intéressera jamais à vous. Les efforts que vous déploierez pour lui témoigner votre amour finiront par produire un impact, mais il faudra peut-être attendre un certain temps. 

Chaque parent et chaque enfant sont uniques : il est donc impossible de créer un manuel de résolution progressive des difficultés d'attachement. Voici toutefois quelques conseils :  

Les parents détiennent la clé de la résolution des traumatismes et des difficultés d'attachement de l'enfant. Il est donc important de prendre soin de vous : mangez convenablement, reposez-vous adéquatement, relaxez suffisamment et faites de l'exercice régulièrement. Sans le soutien d'un parent heureux et en bonne santé, l'enfant progressera lentement.   

2. Si votre enfant a subi des traumatismes ou de la négligence et qu'il manifeste des signes à cet égard, ne tentez jamais de lui faire peur en criant, en lui donnant la fessée ou en le menaçant d'une séparation, par exemple. Il est probable que cet enfant se montre hypersensible aux haussements de ton, aux expressions de colère et à la frustration. Observez ses réactions et affirmez-lui calmement qu'il sera toujours en sécurité auprès de vous, même s'il ne vous croit pas. 

3. Demeurez calme, ouvert, dévoué et aimable. Inspirez-vous de l'acronyme CAGE (curiosité, acceptation, gaieté et empathie). Pour l'enfant, votre façon d'« être » importe davantage que votre façon d'« agir ». Soyez fiable et cohérent. Demeurez présent et à l'écoute de votre enfant. En l'aidant à identifier ses émotions et à exprimer ses besoins, vous lui serez utile.

4. Répandez la joie. Trouvez des moyens d'augmenter les instants positifs sur les plans émotionnel et relationnel.

  • Proposez des jeux face à face.  
  • Recourez aux bienfaits du toucher.
  • Établissez un contact visuel agréable.
  • Communiquez avec le cœur, plutôt qu'avec la tête. 
  • Prenez le temps d'écouter votre enfant, de lui parler et de jouer avec lui. 

5. Recueillez la bonne information pour mieux comprendre le monde intérieur de votre enfant, puis le lui expliquer. Vous commettrez peut-être quelques erreurs, mais votre enfant appréciera les efforts que vous ferez pour apprendre à le connaître. Vous pourriez même l'aider à identifier les aspects positifs de sa situation.  

6. Cherchez le soutien des parents qui éprouvent les mêmes difficultés que vous. Les parents d'enfants dont le développement suit un cours normal sont incapables de comprendre la situation du parent d'un enfant qui craint le parentage.

7. Si votre enfant vous inquiète, faites-le évaluer et obtenez une aide professionnelle. Votre enfant ressentira votre malaise et perdra son sentiment de sécurité.

8. La psychothérapie peut contribuer à la résolution des difficultés d'attachement. La clé consiste à trouver des professionnels compétents en matière d'adoption, et la démarche thérapeutique qui conviendra à votre enfant.

9. Maintenez une structure, des routines et des limites cohérentes. Sachez que le fait d'établir des limites (ou dire non) peut provoquer un sentiment de rejet chez l'enfant et le perturber sur le plan émotionnel. Par conséquent, trouvez des moyens de l'aider à comprendre et à discerner le « Je t'aime » dans votre « Non ». 

10. Si les agissements de votre enfant vous effraient, il devient urgent d'obtenir de l'aide.  

Lorsque les parents adoptifs et leurs enfants adoptés ont accès à l'information, aux ressources et au soutien adéquats, les enfants qui présentent un trouble ou des difficultés d'attachement peuvent former des liens émotionnels solides avec leur famille.  

Liens et ressources utiles:

AttaCh (en anglais seulement) - www.attach.org

The Attachment Association of Canada (en anglais seulement) - http://www.attachmentcan.ca/ 

Ressources en contenu: 

Gregory Keck and the Attachment and Bonding Centre of Ohio- http://www.abcofohio.net/

Mary- Jo Land, Personal Communication July 9, 2014

Susan Schumacher, Personal Communication July 26, 2014

Siegel, D.MD (2013). Brainstorm: The Power and Purpose of the Teenage Brain. 150-155.  The Penguin Group ,2013

Bowlby, J. PhD (1988). A Secure Base- Parent-Child Attachment and Healthy Human Development. 166-167. Retrieved from: http://www.abebe.org.br/wp-content/uploads/John-Bowlby-A-Secure-Base-Parent-Child-Attachment-and-Healthy-Human-Development-1990.pdf